Comment en finir avec les jambes lourdes ? (2/3)

De nombreux français (et plus précisément françaises) souffrent fréquemment du très connu (et douloureux) phénomène de jambes lourdes. Bien entendu, les symptômes les plus dérangeants se font davantage sentir lors de la saison estivale, lorsque la chaleur amplifie les signes de la pathologie. Pour autant, les personnes les plus atteintes peuvent continuer à expérimenter gonflements et autres sensations dont elles se passeraient bien tout au long de l’Hiver. Et si la pratique régulière d’une bonne heure de marche par jour peut aider, certaines professions (notamment celles où l’on piétine toute la journée) peuvent encore aggraver le phénomène. Dès lors, il peut être judicieux de se tourner vers la phytothérapie afin d’enrayer les principaux symptômes précédemment évoqués.

Les plantes qui soignent

En matière de jambes lourdes, la star incontestée n’est autre que le marronnier d’Inde. Bien différent des marrons à consommer, ce petit fruit contient des substances (æscine et æsculoside) susceptibles de protéger et de stimuler la paroi des veines et des petits vaisseaux sanguins.  De plus, celles-ci auraient aussi la capacité de réduire les œdèmes (gonflements) et l’inflammation. Un effet tout à la fois préventif et apaisant. Cela dit, l’hamamélis (contenant une grande variété de tanins et de flavonoïdes et habituellement utilisé dans le traitement des varices) ne doit pas être négligé et devrait trouver sa place dans votre arsenal anti-jambes lourdes. Enfin, le rhizome de petit-houx contient de nombreuses substances de la famille des flavonoïdes, telles que ruscogénine, néoruscogénine, ruscine et ruscoside. Et si ces termes peuvent paraître quelque peu compliqués, sachez que ces substances sont réputées pour le tonus et à l’élasticité des veines. Pensez également à la vigne rouge, depuis longtemps célébrée pour ses effets vasculoprotecteurs. Le mélicot fait également partie des meilleurs élèves en la matière. Mais qu’en est-il du ginko ? Si cette plante offre de nombreux bienfaits, il s’avère que son effet est en réalité anticoagulant. Ce qui lui permettrait de diminuer la perméabilité des vaisseaux sanguins. Pour autant, les différentes études menées en la matière ne lui reconnaissent aucun impact réel en ce qui concerne les œdèmes des membres inférieurs.

Enfin sachez que si ces plantes peuvent efficacement soulager vos symptômes ; elles ne doivent pourtant pas être utilisées à la légère. Et qu’avant d’entreprendre une cure, vous devriez en parler à votre médecin pour éviter tout effet secondaire indésirable ! Et pour davantage de conseils en la matière, rendez-vous très prochainement par ici.

Cet article est une contribution libre rédigée par un auteur partenaire et non par la société elle-même.